Arrivée à Canton

02/05/2009 - Pays : Chine - Imprimer ce message

J’ai pris le train de nuit pour Canton. Je devais arriver à 08h30, je suis arrivé à 12h30 : Les chinois sont très ponctuels sur l’heure de départ mais en ce qui concerne l’heure d’arrivée, c’est une autre histoire. D’ailleurs, ils ne mettent jamais l’heure d’arrivée sur le billet de train.

Le trajet ne fut pas une partie de plaisir. J’étais malade toute la journée d’hier sur le ferry : fièvre, vomissement et fatigue. Je n’étais pas le seul malheureusement, Ashley, l’Anglaise, avait les mêmes symptômes. Le diner de la veille est mal passé. Je ne sais pas si un met qui était avarié, ou si c’est un mélange qui ne convenait pas à mon estomac. Le type de repas chinois est un ensemble de différents mets (porc, b½uf, poisson, riz, nouille, légumes cuits, ..) que chacun pioche avec ses baguettes. Peut-être pour un estomac non habitué, ça peut coincer à la longue …

Ça faisait bizarre de voir les paysages défiler par la fenêtre du train : plantation de bananiers, hibiscus, lauriers … Visiblement, on approchait de l’équateur et de la région tropicale.

J’ai décidé de poser mes valises sur l’ile de Shamian : un minuscule ilot sur la rivière des perles, au centre-ville de Canton. Pour des raisons historiques, le style est occidental, l’endroit très calme. Je n’ai pas fais grand-chose en arrivant, j’étais patraque. De toute façon, à Canton, il n’y a pas grand-chose à voir. Quoique si … cette semaine, c’est la foire de Canton. C’est une foire qui rassemble tous les grossistes du monde entier qui veulent acheter des produits manufacturés chinois : j’ai d’ailleurs croisé pas mal d’Africains. Pour cette raison, le prix de ma chambre a doublé …

En fin de soirée, je suis quand même allé faire un tour dans les environs. Toutes les rues étaient noires de monde : les marchands étalaient leurs produits dans les rues. L’atmosphère contrastait avec ce que j’ai vécu depuis là en Chine. Il faisait chaud et humide, les gens en short-sandales, déambulaient d’un pas non chaland : par moment, je me serais cru au Antilles …

Mais j’étais fatigué, et la foule envahissante, n’arrangeait pas mon état. C’était mieux de retourner à Shamian. La surpopulation est un vrai problème en Chine, je ne sais pas comment ils en sont arrivés là. Je l’avais peu ressenti à Pékin, moyennement à Shanghai, mais à Canton c’est vraiment flagrant. Lorsqu’on pénètre dans un quartier plus « occidentalisé » (mais où 99% des habitants sont chinois) comme à Shanghai ou à Shamian, on sent tout de suite la différence. Peut-être parce que le niveau de vie est élevé …

Par analogie, c’est comme si vous bossez dans votre bureau avec la fenêtre grande ouverte. Vous finissez par vous habituer aux bruits de la circulation, des klaxons et des passants. Jusqu’à ce qu’un de vos collègues se décide de refermer cette fenêtre. Après le calme qui s’en suit, vous vous demandez comment vous avez pu tenir dans de telles conditions … Et bien, c’est la même sensation que j’ai eu en rejoignant Shamian.

En me baladant un peu, on constate qu’en une heure on a déjà tout vu. Avec ses hôtels, ses palmiers, sa température tropicale, et ses grosses cylindrées, on a un peu l’impression d’être à Miami.

Je m’assoie sur un banc le long du fleuve, j’ai les jambes en coton. S’en est assez pour aujourd’hui, je pense. En espérant que cela aille mieux demain …



Etapes :
Guangzhou
Note: 3/5 - 1 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :