Arrivée à Hakone

18/05/2009 - Pays : Japon - Imprimer ce message

Je suis arrivé hier à Hakone. C’est une petite ville près du lac Ashi, où les habitants de Tokyo aiment à venir se reposer. Hakone est aussi réputé pour la superbe vue que l’on peut avoir du Mont Fuji. C’est précisément ce que je recherche.

Hier il a plut des cordes toute la journée, c’était infernal. Je n’ai rien pu faire, à part marcher sur la route de Tokaido et visiter le musée attenant. Puis je suis resté enfermé à l’hôtel.

La route Tokaido est célèbre car à l’époque des Shoguns et des samouraïs, elle reliait Tokyo à Kyoto, les deux plus grandes villes de l’époque. Sur cette route, il y avait 53 villes-relais, où toutes les personnes l’empruntant devaient pointer. Tout le monde n’était pas autorisé à le faire : sans passe, on risquait la torture puis la mort. De la route Tokaido, il ne reste que quelques kilomètres de pistes encore préservés. Hakone était une ville-relai.

C’est fou comme le temps peut changer dans cette région. Hier c’était presqu’un temps cyclonique, aujourd’hui, le temps est magnifique. Ce matin, je dois rendre la chambre à 10h. C’est assez tôt, mais ce n’est pas plus mal finalement, ça m’oblige à ne pas lézarder.

Je refais la route de Tokaido que j’avais faite hier, puis je fais une photo du Mont Fuji que l’on voit au loin. Il est majestueux au loin avec sa crête enneigée, comme sur les cartes postales. Je n’étais venu que pour lui, et il ne m’a pas déçu. Et dire que hier, avec le mauvais temps, je ne pouvais même pas localiser où il se cachait.

J’ai acheté un passe qui me permet de voyager gratuitement avec les transports de la région. J’en profite donc pour prendre le bateau qui traverse le lac Ashi du Nord au Sud. Le lac n’a rien d’exceptionnel en soit, et la traversée est assez rapide. De l’autre coté de la rive, on peut prendre un téléphérique qui nous amène en haut d’un ensemble de montagnes. Ce que je fais. De là-haut, on a une belle vue, mais déjà le Mont Fuji s’aperçoit à peine derrière un amas de nuages. Dommage, je voulais prendre une belle photo.

Un peu plus haut, on a accès aux fumerolles d’Owakudani. Sur les flancs de la montagne s’écoule de l’eau sulfureuse et des vapeurs d’eaux chaudes. On sent le soufre à plein poumon, d’ailleurs il est déconseillé aux asthmatiques de visiter le site. C’est l’occasion pour moi de faire un petit trek d’une heure dans les environs.

Je déjeune dans un resto sur le site, en discutant avec un couple de français. Finalement, je pense avoir fais le tour de site et d’Hakone par la même occasion. On ne voit d’ailleurs plus du tout le Mont Fuji. Je descends donc la montagne à pied, je reprends le bateau, et je file directement à la gare. J’ai mon train à 18h09 pour Kyoto.

Le train est un Shinkansen, l’équivalent japonais du TGV, sauf que le modèle japonais ets de loin plus spacieux. Il part à la minute près : aussi ponctuels que les Chinois, ces Japonais. Par contre comme les Chinois l’heure d’arrivée est n’est pas respectée, je suis arrivé 4 minutes avant l’heure prévu !

Note: 5/5 - 1 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Par Patrick Carey
Le 16/07/2014 à 09:24:56
\'De la route Tokaido, il ne reste que quelques kilomètres de pistes encore préservés. Hakone était une ville-relai.\'

Dear Thierry,
(I\'m afraid my written French is not very good these days). You say in your blog that only a few kilometres of the Tokaido route has been preserved. This is what many (most?)Japanese think. In actual fact, between Tokyo and Kyoto about 80 percent of the original Old Tokaido (\'Kyu Tokaido\')still exists. By that I mean same original width and alignment. The surface is of course modern asphalt. Over two of the four mountain passes the original stone pavment surface survives, particularly at Hakone, from Hakone Yumoto to Mishima and beyond. One of the passes is concrete, the other is the original dirt/earth surface. Apart from these mountain passes the road is easily travelled on foot, bicycle or by car. Except at morning and evening rush hour there is little traffic apart from the normal bicycles and pedestrians. It is quiet, unrushed and the people are friendly and happy to talk to strangers. A Japanese dentist, in the days before the internet, published the account of his journey by 2CV. However, 20 percent of the Tokaido route has been straightened and widened to make National Route One: noisy, boring endless traffic. But even on these stretches the traveller can spot the original road fom time to time, leading off to the right or to the left: charming relics, like \'bras morts\' in a meandering stream. The local residents are delighted when a visitor, particularly a foreigner, shows an interest in their real Old Tokaido. To give them credit, more and more Japanese are discovering this large slice of their own history. Shizuoka Tourist board has capitalised on the fact that their prefecture contains well over 100 kilometres of the original route. It hasn\'t been specially \'preserved\'. It was just left as it was originally (apart for the modern surface). Your vehicle would suit it fine, but the best way is a pied!

Par Thierry
Le 16/07/2014 à 22:44:54
Thank you Patrick for this accurate and interesting information about the Tokaido route.
Unfortunately, I didn’t have all these details during my trip in Japan, and my time was too short (only 18 days).
Otherwise, for sure, I would appreciate more this famous Japanese route.
Ah … Japan !!! Beautiful country, nice people, great memories !!!


Laisser un commentaire