Les trois lacs de Kilimutu

08/08/2009 - Pays : Indonésie - Imprimer ce message

J’arrive sur l’ile de Florès en provenance de l’ile de Timor. A Ende plus exactement. Je suis un peu perdu, je ne sais pas trop comment faire pour m’organiser pour visiter les trois lacs. D’autant que je dois probablement faire une dizaine d’heures de bus dans la foulée pour rejoindre Komodo ensuite. L’office du tourisme n’a pas l’air de connaitre mieux la région que moi. C’est tout de suite plus rassurant.

Bon, cette fois, j’y suis. Il faut que je rejoigne la ville de Moni, à deux heures de route. On est peu nombreux dans le mini-bus, et je suis le seul étranger. Bizarrement, j’en ai pas rencontré dans la ville d’Ende. Je pensais que cette région aurait été plus touristique à cause des trois lacs.

Dans le bus, mon voisin est toujours hilare. Il tient fermement une poule dans la main pour qu’elle ne s’échappe pas. Je fais les présentations avec ceux de devant. Il y en a un qui se débrouille pas mal en français. Il s’appelle Pierre. Devant mon étonnement, il me dit qu’il y a beaucoup de prénom français ici : Pierre, Paul, Jean, Michel, car on retrouve beaucoup de catholiques. En effet, j’ai aperçu pas mal d’églises depuis mon arrivée.

La route est très sinueuse et très étroite. On n’a pas beaucoup droit à l’erreur sinon on dégringole de plusieurs centaines de mètres plus bas. Il est 19h passé. Il fait nuit noire, pas une lumière sur le chemin. Je ne sais même pas exactement où je vais. Le bus me dépose près d’un petit hameau de quelques âmes. C’est ça Moni ? La vache ! L’hôtel que je cherche se trouve plus haut à quelques centaines de mètres. Je prends mes bagages, et je commence à monter la pente. L’obscurité est totale, pas une lumière. Je ne suis pas du tout rassuré.

Finalement j’arrive à l’hôtel qui est en fait un ensemble de bungalow. Celui-ci est spartiate. La douche ne fonctionne pas : Il faut utiliser une écope dans une cuve remplie d’eau stagnante. Je rencontre un couple d’Allemands d’un certain âge avec leur fils. Ils parlent bien l’Indonésien. Ce sont de vrais baroudeurs, ils sont déjà venus, ici 30 ans auparavant. Ils me proposent de faire la trajet avec eux pour rejoindre les 3 lacs demain à 4h du matin ! Oups, 4 heures du matin ?? « Ce n’est pas un peu trop tôt ?» « Non, on pourrait voir le levée du soleil et éviter les nuages qui viennent plus tard ».

C’est bon pour moi. Ils me proposent de venir gratuitement, mais je tiens à les payer. Les nuits sont très froides ici, et j’ai ressorti mon sweat que je n’avais pas mis depuis la Chine. Le réveil fut difficile, mais on est parti à l’heure. Plus d’une demi-heure plus tard, on était sur les lieux. On était les premiers. Pas étonnant vu l’heure. On s’est guidé grâce à la lumière de la pleine lune. Le soleil n’a pas tardé à se lever. Et on pouvait commencer à apercevoir les trois lacs.

Ces trois lacs tiennent leur renommée de la couleur de leurs eaux. Il y a, en général, un lac de couleur verte, un lac de couleur rouge et un lac de couleur noire. Je dis bien « en général », car la particularité de ces lacs est que leurs couleurs peuvent changer de façon inexpliquée au cours du temps. Leur couleur est due à l’activité volcanique souterraine, puisque nous sommes en haut de montagnes. Mais les scientifiques n’arrivent toujours pas à donner une explication précise et détaillée du phénomène. C’est le seul endroit au monde où l’on peut constater ce phénomène.

Ce matin là, on n’a pas eu beaucoup de chance. Le temps ciel était clair, la lune était pleine et le temps très clément, mais le lac « rouge » avait la couleur verte, et le lac « noire » était recouvert par une épaisse chape de brouillard. Malgré tout, ce fut une bonne journée. Le site est vraiment magnifique. Si vous voulez y aller, mieux vaut vous organisez correctement auparavant : l’endroit n’est pas aussi touristique qu’on pourrait le croire, et vous risquez de pas mal galérer.

On est retourné à l’hôtel vers 7h. Je me suis reposé un peu avant de prendre le bus vers Labuan Bajo.

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :