Malacca

23/07/2009 - Pays : Malaisie - Imprimer ce message

Je continue ma route vers le Sud en direction de l’Indonésie. Au centre d’information touristique, j’ai retiré une brochure sur la ville de Malacca avec de très belles images. Je décide de faire une halte d’une journée. La ville est à deux heures de bus de la Capitale. Il fait un temps très ensoleillé.

Un petit résumé historique s’impose pour comprendre et apprécier la ville. Malacca, est une petite région qui jusqu’au 15ème siècle était un sultanat. Cette région était donc dirigée par un sultan musulman. La ville était riche et prospère, car, de part sa position géographique, elle marchandait avec tous les peuples de la région : chinois, indiens, siamois (thaïlandais donc), javanais et arabes. Tous les produits convoités à l’époque étaient traités : soie, épices, porcelaine, bijoux, poudre à canon, tapisserie et j’en passe.

Au 16ème siècle, époque des grandes découvertes pour les Européens, ça a commencé à se gâter pour nos amis Malaisien. Les Portugais implantés en Inde (Goa) pour leur commerce, entendent dire que Malecca est une ville prospère. Ils envoyèrent quelques émissaires, qui confirmèrent la chose. Ni une, ni deux, ils envoyèrent cette fois quelques vaisseaux de guerre et quelques milliers de soldats, pour montrer au sultan leur amour de Malacca. Ils annexèrent la région, construisirent quelques forteresses, imposèrent leurs règles, construisirent des églises, et récoltèrent donc les fruits de ce fructueux commerce.

Tout allait bien pendant plus d’un siècle. C’est alors que les Néerlandais, qui trainaient déjà dans le coin via les iles de Java, pointèrent leurs bouts de nez. Ils demandèrent alors gentiment aux Portugais de plier bagages, de prendre femme et enfants, et d’aller cultiver des patates au Portugal ! « Vous plaisantez, j’espère ? ». Autant vous dire que la réponse n’a pas du tout plus à nos amis Hollandais (qu’est-ce qu’ils peuvent être susceptibles !). Après quelques batailles épiques, Malacca passe sous drapeau néerlandais. Ils réorganisent tout à leur façon pendant plus d’un siècle aussi.

Mais ce n’est pas fini. L’Angleterre, forte de sa puissance maritime à cette époque, ne voyait pas d’un bon ½il la présence des Hollandais dans sa sphère d’influence (Chine, Inde). Et voilà Malacca sous domination anglaise jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale (avec un intermède du Japon lors de cette guerre). C’est alors que Malacca obtient son indépendance.

Bon, vous voilà parés pour découvrir cette ville. La ville a été classée par l’UNESCO l’année dernière. Bon, je sais, c’est un peu facile de voir les sites classés par l’UNESCO, mais je n’ai jamais été déçu par les choix de cet organisme. J’avais prévu d’y rester une journée.

J’ai visité le musée maritime qui se trouve dans un authentique galion portugais (c’était la première fois que je rentrais dans un navire d’époque). Le musée raconte en gros ce que je viens de vous résumer : les luttes entre puissances étrangères pour prendre possession de Malacca.

Ensuite, j’ai fais un tour dans les anciens forts et églises de cet époque. Il ne reste souvent que des vestiges, en ce qui concerne les monuments portugais. Les monuments hollandais sont bien conservés. Ce sont d’ailleurs eux qui donnent tout son charme à la ville. Ils sont souvent peints dans une couleur « brique ».

J’ai aussi visité le palais du sultan de Malacca, ou plutôt sa reconstitution. Il est tout en bois. Il ressemble un peu aux pavillons japonais. Il fait son effet. A l’intérieur, c’est un musée qui raconte la période du sultanat, c’est-à-dire pré-occidentale.

Malacca, a gardé tout son histoire principalement dans son centre ville, mais c’est aussi une ville tr-s moderne : buildings, centres commerciaux, centres de divertissements : le tout dans une grande harmonie.

La nuit, les lumières rouges tamisées, un peu à la façon chinoise, éclairent les rues et bâtiments du centre-ville. Splendide ! L’effet est encore plus criant sur les immeubles de style « hollandais ».

Malacca est une ville qui m’a accroché. Je serais bien resté quelques jours de plus, mais j’ai des impératifs. Je mettrais bien cette ville au même niveau que Kyoto.

Comme beaucoup d’asiatiques, les Malaisiens sont très chaleureux. Ce qui peut paraitre normal dans un pays pauvre, l’est un peu moins dans un pays développé.

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Par Fritz ;-)
Le 27/07/2009 à 21:39:09
Une question idiote d'un cousin idiot. as-tu vu des pommes....Malacca à Malacca ?
Par Thierry PHEMIUS
Le 29/07/2009 à 06:50:24
Bin, j'avais meme pas percuté dessus ;-)


Par Xavier
Le 28/07/2009 à 13:36:26
Sympathique petite histoire cette ville de Malacca.
Merci pour ces photos et commentaires qui permettent d'égayer nos journées d'été à Issy !
Par Thierry PHEMIUS
Le 29/07/2009 à 06:43:24
;-)



Laisser un commentaire