Marché aux poissons de Tsukiji

Vidéos :

14/05/2009 - Pays : Japon - Imprimer ce message

Ce matin, je dois me rendre au célèbre marché aux poissons de Tokyo. Vous savez celui où l’on peut voir des acheteurs enchérirent sur des centaines de thons. C’est le plus grand marché aux poissons au monde.

Je me lève donc à 4h15 pour prendre le premier métro à 5h10. Et oui, les enchères se déroulent entre 5h et 7h environ. Le réveil fut plus facile que je le redoutais. Je sors de l’auberge et, en passant, je salue le réceptionniste d’un vibrant « Arigato » ! Je me rends compte de ma méprise un peu plus tard : « Arigato » veut dire « Merci » et non pas « Bonjour ». Et oui, faut que je prenne de nouveaux reflexes.

Je suis dans le métro, à peu près vide, et tout le monde est endormi. Cela contraste avec l’effervescence de la journée. Arrivé à destination, je remarque beaucoup d’étrangers, l’appareil photo en bandoulière. Je présume qu’ils viennent à cette heure si matinale pour les mêmes raisons que moi. Je décide de les suivre pour trouver l’entrée du marché.

On est rapidement pris dans un défilé de petits véhicules motorisés qu’on appelle des « fenwicks » (si je fais confiance à mon guide) : ils servent à transporter les caisses de poissons et autres crustacés vers les camions des acheteurs. Ils vont dans tous les sens. Ce sont les rois des allées, il faut vraiment faire gaffe à ne pas se faire écraser.

Je me balade dans les allées. On peut voir toutes les sortes de poissons au monde, avec parfois des tailles impressionnantes. Mais l’heure passe, et il faudrait que je trouve le coin des thons, parce que je suis surtout venu pour cela. Je pense avoir trouvé mon bonheur. J’entrevois une grande salle avec d’énormes thons congelés à même le sol. Je me rapproche lentement pour faire quelques photos. C’est là qu’un homme me fonce dessus en m’indiquant la sortie avec un pic à glace. Il n’a pas vraiment l’air commode. Je comprends assez vite que je ne suis pas désiré.

Le marché des enchères aux thons a été fermé un certain temps aux touristes, car ceux-ci ne respectaient pas les consignes et, de plus, touchaient les poissons. Ce qui déplaisait aux professionnels (ce qui peut se comprendre). Ils nous ont réservé un petit coin du hangar pour regarder les enchères à distance. Ce n’est pas le nirvana, mais j’ai bien compris, qu’on n’avait pas trop le choix.

J’arrive un peu sur le tard, il y a juste que deux enchères en cours. Deux hommes sont perchés sur des cageots et s’agitent en fonction des enchères. Les enchères sont classiques, mais l’image l’est beaucoup moins.

Avant de partir, je voudrais vraiment manger des sushis dans les restaurants à l’intérieur du marché. Je fais la queue devant un des deux restaurants les plus courus. Après 20 minutes d’attente, je me fais servir une bonne quinzaine de sushis avec chaque fois différents poissons. Le poisson frais rend le sushi encore meilleur. Je n’étais pas amateur de sushis avant de venir au Japon, mais là, je crois que je commence à y prendre goût …

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :