Résumé du Pérou (Huacachina, Arequipa)

14/01/2018 - Pays : Pérou - Imprimer ce message

Je continue de descendre vers le Sud, et je m'arrête à Pisco. De là (ou de la ville de Paracas), on peut visiter les îles Ballestas, les Galápagos péruviennes.
Beaucoup de touristes, mais finalement peu de choses à voir, à part quelques loups de mer et des mouettes. Pour moi, c'est une arnaque. Après, à chacun de voir.
Je pars donc, le lendemain, pour Huacachina, plus au Sud. Le trajet se déroule dans un milieu désertique. En fait toute la cote pacifique est désertique. Les pluies sont arrêtées par les chaines de montagnes. Les paysages valent le coup d'œil.
Huacachina, c'est une oasis au milieu d'un désert. Sur internet, les photos rendaient bien.
Je ne suis pas déçu, j'ai tout de suite accroché. C'est finalement assez petit.
Il fait très chaud en journée, l'oasis se transforme en une sorte de jardin d'acclimatation, où les familles péruviennes font du pédalo ou de la barque sur le lac. Autour du lac, ils pique-niquent. C'est très reposant.
Partout, où je vais, je rencontre beaucoup de touristes péruviens (plus de la moitié). La classe moyenne doit être assez importante, et peut se permettre de visiter son pays.
La grande attraction de Huacachina, c'est de faire des virées dans les dunes en buggies. Les buggies sont des sortes de dragster très puissants, pouvant contenir une dizaine de personnes, et étant adaptés au déserts.
Vers 16h, Huacachina s'anime. Plus d'une cinquantaine de buggies se mettent en branle et s'élancent vers les immenses dunes qui entourent l'oasis.
Et c'est parti pour 2h de fun !
Les sensations sont énormes. Le pilote chevauche les dunes à fond le plancher. On les descend à pic. On est harnachés, mais on s'accroche à tout ce qu'on peut. De vraies montagnes russes. Sauf que là, on est pas sur des rails, et le buggie peut se renverser à tout moment. Mais les pilotes de ces engins en ont une parfaite maîtrise.
On enchaîne avec la descente des dunes, avec des luges (ou plutôt des snowboard utilisés comme luge). Là aussi, adrénaline garantie. Certaines dunes sont énormes.
On termine avec de superbes photos de l'oasis du haut des dunes.
Un conseil : Protégez votre appareil photo. Énormément de sable est entré dans le mien et l'a rendu inutilisable (pas pu faire de photos de nuit). J'ai dû le faire réparer à la prochaine étape.
J'ai adoré Huacachina. Un peu touristique, un peu "fake", mais décalé et fun.
Direction Arequipa, la deuxième ville du Pérou.
Comme annoncé dans les guides, c'est une ville qui a su préserver son architecture espagnole. Toutes les rues entourant la place centrale sont éclairées. Ce qui donne un sentiment de sécurité même la nuit.
Le monastère San Catalina est à faire, un peu cher mais il vaut le coup.
On a aussi eu droit à un défilé carnavalesque.
Le seul désagrément qui m'est arrivé, est de mettre fait attaquer par 4 chiens lors de mon footing. Heureusement, rien de grave, mais je me suis quand même retrouvé étalé sur la route, dans le feu de l'action.
Dans tous les pays d'Amérique latine, on rencontre de nombreux chiens errants, qui parfois forment des meutes. En général, ils ne sont pas agressifs, sauf cette fois...
J'y reste 3 jours. C'est suffisant pour me reposer un peu, car je dois pour suivre sur Cusco et sa région, dont la visite sera chargée.

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :